Prix de Cartographie des controverses 2017 – La force de l’expérience

publié par équipe FORCCAST on 25 août 2017

catégories Controverses · Enseignement supérieur · Événements

Cette année, le Prix de Cartographie des controverses a été organisé en deux temps, les 13 et 30 juin 2017. Le premier épisode avait permis de mettre en évidence la riche diversité du consortium qui compose le programme Forccast. Le second a eu lieu alors que Bruno Latour venait de céder la direction du médialab à Dominique Cardon. Cela a donné l’occasion de focaliser sur les enseignements d’analyse des controverses que B. Latour a directement fondés.

Depuis sa première édition tenue en 2011, le Prix de Cartographie des controverses récompense tous les ans les travaux d’élèves les plus remarquables réalisés au sein des différents établissements que rassemble Forccast.

Ce cours a initialement été proposé par Bruno Latour au milieu des années 1990, pour les ingénieurs de l’Ecole des Mines. Latour a ensuite ouvert et proposé cette expérience d’apprentissage par la recherche aux étudiants de Sciences Po, à partir de 2007, tout d’abord à ceux de la double licence “sciences et sciences sociales”, proposée avec l’Université Paris 6, puis à ceux du master communication. 

C’est justement les meilleurs étudiants de ces trois enseignements qui ont été réuni pour ce second volet du Prix des controverses 2017.

A l’Ecole des Mines, Madeleine Akrich coordonne à présent le cours de “Description des controverses”, qui mobilise chaque année tous les chercheurs et les doctorants du Centre de sociologie de l’innovation. A Sciences Po, dans le double diplôme de “sciences et sciences sociales”, le cours est proposé par Vincent Lépinay et Thomas Tari. L’enseignement du master communication de l’Ecole du management et de l’innovation est quant à lui assuré par Nicolas Benvegnu et Brice Laurent.

 

Les étudiants du double diplôme Sciences Po/Paris 6 ont travaillé sur le burn-out

La cérémonie a fait la part belle aux travaux des étudiants. Trois présentations d’une vingtaine de minutes se sont enchaînées. Elles portaient sur les thèmes suivants, tous d’actualité :

  • Les fous sans volant, par les étudiants de l’École de la Communication, qui utilise les méthodes de la sociologie des techniques pour donner à comprendre les controverses liées à l’émergence des véhicules autonomes ;
  • Le burn-out, pour quoi faire ? par les étudiants de Sciences Po/Paris 6, qui porte sur les problèmes suscités par la définition d’une nouvelle catégorie de maladie professionnelle, ;
  • L’anthropocène est-il une ère géologique ?, par les étudiants de Mines ParisTech, qui revient sur la caractérisation d’une ère géologique au cours de laquelle l’homme deviendrait la principale force de transformation de son environnement.

L’auditoire, constitué d’une quarantaine de participants, a pu poser des questions à l’issue de chaque présentation.

Après ce temps de questions, Bruno Latour et Nicolas Benvegnu ont remis à chacun des étudiants des trois groupes présents un diplôme attestant du fait qu’ils étaient lauréats du Prix de Cartographie des controverses 2017.

Bruno Latour et Nicolas Benvegnu ont remis les diplômes à tous les étudiants participants. Ici, avec les quatre étudiants de l’école des Mines après leur exposé

A l’instar de la soirée du 13 juin, le public et les étudiants se sont retrouvés autour d’un cocktail à la fin de cérémonie. Chacun a pu partager ses impressions au cours de ce moment informel et convivial, et féliciter les lauréats pour leur investissement et la grande qualité de leurs réalisations. Une nouvelle année de travaux intenses a ainsi été clôturée.

Le groupe du master com de Sciences Po pose avec le diplôme du Prix des controverses, encadré par Nicolas Benvegnu et Bruno Latour.